La verbalisation, faire résonner et raisonner notre pensée.

Verbaliser

La verbalisation, c’est quoi ? Ça sert à quoi ? C’est mettre des mots au bout de sa pensée, les ordonner sous forme de phrase de manière à les rendre intelligibles comme « matière à réflexion » ! Le « dialogue » intérieur, même riche et soutenu, est il une forme de verbalisation de sa pensée ? Si on en reste au seul dialogue intérieur, le risque de rumination est fort avec un risque de développer des croyances qui nous coupent du monde. Il faut alors autre chose que le dialogue intérieur. Plutôt que de se « représenter » le monde, la situation vécue ou les autres, il convient de se les « présenter » . « Se présenter à soi plutôt que se représenter » … vous ne faites pas la différence ? Pourtant, votre cerveau ne va pas fonctionner de la même manière et c’est là tout l’intérêt ! C’est ce que nous allons voir, aujourd’hui.

Ce post est à destination de ceux qui veulent progresser sur leur dialogue intérieur. Il peut s’agir de praticiens qui veulent progresser sur la Pratique Réflexive (concept de Donald Schön) pour améliorer leur pratique professionnelle, à partir de leur propre « réflexion » . Il peut s’agir de personnes qui souhaitent mieux comprendre les situations vécues et leur rapport aux autres pour se défaire de croyances limitantes.

Reflexion20

Le dialogue intérieur, c’est très bien. Se réinterroger sur ce qu’il vient de se passer, ne pas en rester sur le premier sentiment et avis, c’est excellent. Par contre, le chemin parcouru par les informations évoquées dans notre cerveau est très court. De neurone en neurone, de synapse en synapse, notre pensée va au plus court et sur un parcours tout tracé, avec des connexions déjà faites par notre apprentissage passé. On pense faire une « réflexion » mais on fait en réalité un « réfléchissement » (selon Yann Vacher). Il s’agit de « l’expression subjective de ses perceptions de la situation en faisant surgir ses tensions affectives, cognitives et sociales » . Autrement dit, le fruit de votre « réfléchissement » va converger vers ce à quoi vous croyez suivant vos schémas préétablis. Il a peu de chance que vous appreniez quelque chose de ce dialogue intérieur, même si vous faites preuve d’honnêteté intellectuelle.

Distance

S’il vous manque quelqu’un pour vous renvoyer le miroir de votre verbalisation ou bénéficier d’une confrontation d’idées, si vous êtes seul donc, il convient de « mettre de la distance » à la situation, à votre comportement ou à votre pratique. Comment ? Il faut sortir votre pensée de votre cerveau, pour la réintroduire dans le but d’analyser le fruit de votre verbalisation.

Verbaliser notre pensée, c’est la sortir de notre cerveau d’une manière ou d’une autre. Par exemple oralement par la voix, c’est la faire « résonner « au sens de lui donner un espace sonore, pour l’entendre. Si vous pensez qu’il n’est pas « convenable » de parler seul à haute voix, vous pouvez aussi écrire votre pensée. Cela revient au même. Vous devez faire un effort de choisir des mots et à les organiser sous forme de phrases soit en parlant soit en écrivant. Puis vous sollicitez un sens soit l’audition, pour écouter ce que vous dites, soit la vue, pour lire ce que vous avez écrit. Vous avez ainsi « la matière à réflexion« . En faisant appel aux sens, vous ne sollicitez pas les mêmes parties du cerveau que lorsque vous ne faîtes que penser. Vous sollicitez l’analyse de ce que vous avez perçu par un sens, l’audition ou la vue. L’analyse peut concourir à se dire que ce n’est pas le meilleur mot choisi, qu’il conviendrait de compléter, corriger. Se l’entendre dire (ou regarder ce qu’on a écrit), peut nous amener à percevoir que « dit comme ça, ce n’est pas entendable ! » . On y ajoute alors de la nuance, contrairement à la rumination qui renforce ce que l’on sait déjà (ou que l’on croit savoir déjà).

Ecrire1

En se parlant et en s’écoutant en même temps ou en écrivant et en se relisant en même temps, on se présente la situation à soi-même. On a sorti sa pensée de son cerveau, comme posée sur la table. On y met de la distance. Notre pensée est maintenant prête à être réintroduite soit par l’audition, soit par la vue pour être analysée sous un autre angle.

C’est là que vient le second intérêt de la verbalisation. Après avoir fait « résonner » notre pensée, on la fait « raisonner » . On y met de la raison, de la rationalité. On confronte (au sens de comparaison) ce que l’on vient de dire ou écrire à notre propre analyse. C’est à ce moment qu’arrive le sens critique qui manque au dialogue intérieur. Après la première étape d’analyse de ce qu’on a dit ou écrit, il convient alors de prendre le temps de se poser des questions à soi même en se challengeant et « en se coachant » . « Sur quoi as-tu basé ton analyse ? » , « Est-elle basée sur tes croyances ? » , « Comment pourrais-tu t’en extraire et relativiser ? » , « A partir de cette nouvelle analyse, qu’as-tu compris ? » , « Qu’en tires-tu comme conclusion ? » , « Ce serait à refaire, comment t’y prendrais-tu ? » Etc. Grâce à cet exercice de rationalisation de son analyse, vient ensuite une compréhension critique de la situation, de son comportement, de sa pratique et de la vision du monde. Non seulement, cet exercice de décomposition permet de remettre en questionnement son vécu, mais contribue à un excellent entraînement au dialogue intérieur « en situation ». En temps réel, vous analyserez mieux la situation, votre comportement, votre pratique « en vous observant agir » .

La verbalisation est source de connaissance de soi, d’apprentissage et de développement, parce qu’elle permet le repérage et la prise de conscience de ses points forts et points à améliorer. Je suis qualifié à la technique d’entretien d’aide à l’explicitation de Pierre Vermesch, chercheur au CRNS. Je peux donc vous aider à verbaliser et expliciter pour une meilleure prise de conscience de votre comportement ou de votre pratique. Si vous pensez que la verbalisation un bon outil de progression dans la perspective d’être autonome, contactez-moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s