Faut-il traverser des épreuves pour bien se connaître ?

« L’Homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle » disait Saint Exupéry. Se découvrir, c’est lever le voile sur le coté obscure de ce que l’on est vraiment. Se découvrir, c’est donc mieux se connaître. Mais, qu’est-ce que la connaissance de soi ? Si je me connais, je connais quoi, en fait ? Et à partir de quoi, alimente-t-on la connaissance de soi ? En quoi les obstacles affrontés et les épreuves traversées dans ma vie contribuent-ils à mieux me connaître ? Si j’y parviens, est-ce automatique ? Ou faut-il réaliser un travail sur soi pour que ces épreuves soient bénéfiques à la meilleure connaissance de soi-même ? Comment entreprendre ce travail sur moi pour en retirer quelque chose d’efficace pour les épreuves à venir ? Parce que ce serait peut-être ça la finalité, non ? Et pour finir, bien se connaître, serait-ce uniquement à travers les épreuves ou serait-ce réducteur ? C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui.

Photo de Eric Torres sur Pexels.com

Je vais commencer par énumérer les éléments clés de la connaissance de soi.

Les éléments clés de la connaissance de soi

  • C’est connaître son profil de personnalité issu de sa construction identitaire et de son vécu, qui va révéler ses motivations profondes, ce qui pousse à agir, donc ses comportements pour être aimé des autres, ses travers, son excellence et donc ses talents. Il existe pas mal d’outils. J’utilise personnellement l’ennéagramme qui est un outil particulièrement profond qui permet d’identifier ses travers pour mieux s’en détacher et se tourner vers ses talents identifiés. Pour cela, l’accompagnement d’un professionnel qui maîtrise l’outil utilisé pour connaître son profil de personnalité est nécessaire pour éviter toute erreur d’interprétation et les fausses pistes.
  • C’est connaître ses besoins pour vivre, ce qui est important pour soi, le vital, sans quoi la vie serait impossible, ce qui constitue mes valeurs. C’est ça qui me donne le sens, la direction où toutes mes actions doivent se concentrer. C’est ça aussi qui me permet de déterminer ce qui est prioritaire à réaliser et ce qui est superflu, à passer au second plan ou carrément à ne pas faire pour canaliser ses efforts sur ses besoins vitaux. La matrice d’Eisenhower est un excellent outil pour faire le tri. Lire ou relire mon article sur le sujet.
  • C’est connaître ses compétences, ce qu’on a été « capable » de faire avec des résultats probants. L’adjectif « capable » est relatif à la confiance en soi. C’est parce qu’on se sent capable qu’on va entreprendre.
  • C’est connaître ses manques de compétences, de manière à ne pas entreprendre une action qui serait assurément vouée à l’échec, de manière à combler ses manques avant l’action.
  • C’est connaitre ses réussites passées mais surtout savoir les repérer au travers des déconvenues appelées généralement « les échecs. » Le cerveau a toujours tendance à ne mémoriser que le négatif, par instinct naturel de survie. Ne pas savoir repérer ses réussites passées, c’est ne pas « re-connaître » « sa valeur » et donc c’est manquer d’estime de soi qui est souvent la cause du manque de confiance en soi.
  • C’est connaître ses limites dans plusieurs domaines comme la résistance à l’effort pour atteindre son objectif, ses freins à la motivation, ce que je suis prêt à perdre avant de réussir etc.
  • C’est connaître ses croyances limitantes et aidantes. Les croyances limitantes sont vos freins, les croyances aidantes sont vos accélérateurs. Vous l’aurez compris, pour atteindre votre objectif, il faudra éviter de conduire le pied sur le frein, sinon vous n’irez pas loin. Il faudra plutôt privilégier l’accélérateur, vos croyances aidantes. Encore faut-il les connaître ? Des exemples : J’ai tout raté dans ma vie (une croyance limitante), mais je m’en suis toujours sorti (une croyance aidante).
Photo de bruce mars sur Pexels.com

La connaissance de soi est un long travail qui débute mais ne finit jamais parce que chaque fois que j’entreprends quelque chose je réussis ou non, il y a toujours un retour d’expérience à tirer qui alimente la connaissance de soi. Mais comme il est impossible de faire boire un cheval qui n’a pas soif, pour débuter un travail sur soi, il faut que la connaissance de soi devienne une réponse à un besoin. Ce point est capital ! Le besoin de se connaître émerge lorsqu’on prend conscience qu’il est vital pour entreprendre quelque chose, sans quoi, l’objectif serait inatteignable. Le coaching est basé sur une demande, la réponse à un besoin exprimé, sur un objectif précis à atteindre, qu’il convient de formuler explicitement. Ce que je vais mettre en oeuvre pour l’atteindre va aboutir à des tentatives infructueuses, c’est inévitable, qui alimenteront la connaissance de soi. En fait, le travail sur soi permettra de connaître tout ce que j’ai énuméré ci-dessus. C’est ce travail sur soi qui permettra de lever « les obstacles » (dont parlait Saint Exupéry) un à un jusqu’à l’atteinte de l’objectif.

Mais est-ce suffisant ? Seules les épreuves nous aideraient-elles à nous connaître ? Assurément que non ! Ce serait réducteur et contre productif. Oui, travailler mes travers, mes manques de compétences, mes défauts etc. va assurément me permettre de m’améliorer, mais cela ne me permettra pas d’atteindre l’excellence. Pour atteindre l’excellence, il faut connaître ses talents. Une nouvelle fois dans cet article, je vais définir MA définition d’un talent, pour que vous compreniez que c’est LA véritable source de progrès issu de la connaissance de soi.

Définition d’un talent : Un talent, c’est une aptitude innée, naturelle et remarquable à faire avec facilité et plaisir qui permet d’exceller dans ce que l’on fait.

Il vous sera difficile d’éradiquer vos travers, parce qu’ils sont ancrés, déjà en prendre conscience pour les atténuer, ce sera bien. Mais c’est grâce à vos talents innés, naturels, faciles et remarquables que vous contournerez les obstacles. Parce que comme vos travers, vos talents sont ancrés aussi, il suffit d’en prendre conscience pour s’en servir. Et comme le dit la définition, vous allez même trouver du plaisir à les révéler et vous en servir ! Alors oui « L’Homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle » mais pour qu’il excelle il faut en plus qu’il connaisse ses talents et les utilise. Lire ou relire mes articles sur Les talents.

Photo de Matheus Bertelli sur Pexels.com

Alors, on commence quand votre travail sur vous pour mieux vous connaître ? Contactez-moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s