Qui peut changer ma vie ?

pexels-photo-277615.jpeg

Pour tenter de sortir de leur situation insatisfaisante, j’ai rencontré des personnes qui avaient frappé à beaucoup de portes, le psychologue, le thérapeute, l’hypno-thérapeute, l’acupuncteur, le radiesthésiste, le conseiller, le vendeur de rêves avec des solutions toutes faites qui ont fonctionné pour d’autres, l’ami(e) proche, le ou la confident(e) etc. etc. Finalement, à la recherche de celle ou celui qui pourrait changer leur vie. Une sorte de messie qui aurait LA solution, la baguette magique au « problème. » Avec, au final, ce sentiment d’avoir « tout » essayé ! Tout ? « Et bien, oui, j’ai tout essayé ! Ils n’arrivent pas à comprendre ce que j’ai ! » Ah … ! « Les autres » n’arrivent pas comprendre ce que vous avez ! Puisque les autres n’y sont pas parvenus, n’y aurait-il plus de solution, plus d’espoir ? Plutôt que d’aller frapper à « toutes » les portes, n’y a-t-il pas « une » porte que vous n’auriez pas tenter d’ouvrir parce que fermée à clé ? Vous avez perdu la clé ? Et si on la confectionnait cette clé ? Ensemble. Comment ? C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui.

man leaning on wall while holding white ceramic cup
Photo de Ivandrei Pretorius sur Pexels.com

Il doit bien exister des magiciens ou des gourous qui, d’un coup de baguette magique, auraient le pouvoir de vous guérir avec une incantation, une formule magique, une potion. Si tel est le cas, je vous invite à poursuivre votre quête, vous finirez bien par le trouver. Néanmoins, même avec un traitement qui donne des résultats à 80%, un très bon médecin a besoin de l’engagement de son malade et de son état d’esprit pour que son traitement soit efficace. La pilule miracle qui guérit de tous les maux, comme par miracle, n’existe pas encore. Sans allez jusqu’au traitement d’une maladie, juste un accompagnement pour « y voir clair sur une situation », « aider à faire des choix », « se repositionner face à une difficulté » par exemple, un coach a aussi besoin de la collaboration de celui ou celle qu’il accompagne. C’est assez simple à comprendre, il y a au moins deux raisons à cela.

photo of a woman holding an ipad
Photo by bruce mars on Pexels.com

La première raison est le pouvoir de l’auto suggestion consciente. Je vous propose de lire ou relire mon précédent article sur le sujet, avec l’idée selon laquelle, nous avons deux êtres en nous, l’inconscient et le conscient. Même avec un être conscient qui semble vouloir, si au fond de vous, vous rabâchez à votre être inconscient que vous n’en êtes pas capable, vous n’y arriverez pas et votre soit disant gourou non plus, d’ailleurs. C’est toujours votre être inconscient qui gagne à ce petit jeu et il résistera. Comme vous n’en aurez pas conscience, vous allez reporter l’inefficacité du dispositif mis en place, à votre gourou. Eh oui, facile ! Et au suivant … Dans ce processus, votre être inconscient a une faille, il est crédule, il croit tout ce que vous lui direz. Il convient alors de le leurrer, en lui indiquant que vous en êtes capable. Vous n’y croyez pas ? Et bien, rappelez vous qu’un candidat à la présidence des états unis d’Amérique, lui, y a cru en faisant répéter à ses supporter le fameux « Yes, we can ! Yes, we can ! Yes, we can ! » Non seulement ça a marché pour ceux qui répétaient ce slogan et qui ont fini par le faire croire à leur être inconscient crédule, mais ça a fait douter le camp adverse … Redoutable d’efficacité ! Plus besoin de baguette magique ni de gourou.

pexels-photo-256621.jpeg
Photo de Pixabay sur Pexels.com

La seconde raison pour laquelle votre accompagnant a besoin de votre collaboration se trouve, encore une fois entre vos deux oreilles, dans votre cerveau. Notre cerveau du XXIième siècle est, à peu de chose près, le même que celui de l’homo sapiens qui a vu le jour il y a 200 000 ans. Il est programmé pour l’instinct de suivie, c’est une des raisons pour laquelle nous sommes toujours là. Il est aussi programmé pour travailler à l’économie, parce que bien que ne pesant que 2% du poids du corps, le cerveau absorbe nuit et jour 20% de l’énergie consommée par le corps, en oxygène et en sucre. Donc si vous pensez ne pas être capable d’atteindre votre objectif, votre cerveau ne va pas se mettre en danger, pour satisfaire le besoin d’instinct de survie. Il va faire en sorte que vous restiez dans votre zone de confort, en sécurité, comme les lointains ancêtres de l’homo sapiens, qui sont restés perchés sur un arbre. Votre cerveau va aussi se contenter de cette situation, pour économiser l’énergie consommée, parce que finalement « à quoi bon ! » Et vous resterez planté là, avec votre situation insatisfaisante. Même si vous voulez en sortir.

Alors ? Ce serait ça, la recette magique ? Seulement se répéter qu’on est capable ? Bien sûr que non ! C’est juste la condition nécessaire, la mise en place du contexte favorable à l’atteinte de votre objectif. La clé se trouve une nouvelle fois dans votre cerveau. Décidément !?! La particularité de votre cerveau est qu’il stocke et ancre facilement et non consciemment toute situation que vous avez vécue associée à une émotion, quelle qu’elle soit. Si c’était une émotion négative de peur, tristesse ou colère, il va faire en sorte de vous éviter de revivre une situation analogue et modifier, non consciemment, votre processus de décision. Encore une fois, il va faire en sorte que vous restiez dans votre zone de confort par instinct de suivie. Par contre, et c’est là que ça devient intéressant, lorsque vous vivez pleinement votre objectif comme s’il était atteint, vous leurrez votre inconscient qui, crédule, croit éprouver le plaisir des effets bénéfiques produits. Votre cerveau vit la situation imaginaire, comme réelle. Vous activez ainsi le circuit de la récompense de votre cerveau.

pexels-photo-2083423.jpeg
Photo de Egor Shilref sur Pexels.com

Ceux qui sont dépendants d’une substance, alcool, drogue, ou même chocolat… le savent bien. Juste à l’idée d’évoquer les plaisirs produits par absorption de la substance, le cerveau devient hyper actif et cherche à satisfaire le besoin par tous les moyens. Le fameux « je suis en manque. » L’individu dépendant active ainsi le circuit neuronal de la récompense du cerveau en sécrétant la dopamine, un neuro transmetteur améliorant les transmissions d’information entre neurones. Comme par enchantement, vous trouvez la motivation qui vous manquait ! Un processus que le coach connait et utilise lorsque c’est le bon moment …

1x1=1

Alors, qui peut changer votre vie ? Un sauveur ou vous ? Et où est-elle cette porte qui vous donnerait accès à la solution de votre situation ? Elle est en vous. Plus précisément entre vos deux oreilles. Et la clé, je vous propose de la confectionner ensemble sur la base du contrat de coaching que nous signons en début de processus. Connaissant l’ensemble de ces processus de motivation, je m’engage sur les moyens nécessaires. Mais sans votre engagement, ils resteront vains. Donc, vous vous engagerez résolument sur la réalisation des actions. De votre coté, vous aurez confiance en votre coach et lui aura confiance en vous pour que tout ce qu’il met en oeuvre soit efficace, grâce à votre engagement concret. Si ce type d’accompagnement vous motive pour changer votre vie, contactez-moi en venant … pousser la porte de mon bureau.

pexels-photo-277615.jpeg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s