Le pouvoir de l’autosuggestion consciente

Vous connaissez très certainement le sketch de Dany Boon « Je vais bien, tout va bien ! » Il voudrait que tout aille bien, mais n’y parvient pas ! Vous avez vu répéter inlassablement les militants de Barak Obama le fameux « Yes we can ! Yes we can ! Yes we can ! »  Oui nous le pouvons ! (Vidéo Youtube) Et bien vous connaissez alors les principes de « la méthode Coué » , d’un certain Emile Coué, pharmacien et psychologue, mort au début du XXième siècle. Ses travaux en psychologie ont porté sur la volonté, l’imagination, la suggestion, l’autosuggestion inconsciente et consciente, autant de termes que je vous propose aujourd’hui d’introduire et de définir.

pexels-photo-761977.jpeg
Photo by bruce mars on Pexels.com

Selon les principes énoncés par Emile Coué, mon objectif est de vous amener à comprendre comment fonctionnent en nous nos deux êtres, l’un conscient et l’autre inconscient ? Lequel des deux gagne à chaque fois ? Et comment faire en sorte que vous utilisiez celui qui gagne à chaque fois, pour que soit, ce que vous voudriez ? Je vous indiquerai également comment ces éléments guident mon accompagnement en coaching. Comprenons-nous bien, je ne pratique pas « la méthode Coué » , qui est une méthode de guérison de maladies par autosuggestion consciente. Comme d’autres outils du coaching, j’en utilise les principes lorsqu’ils sont adaptés à la demande de mon client ou ma cliente. Ces principes montrent également que les conseils prodigués à celle ou celui qui chercherait à « vouloir aller mieux », ou plutôt « les suggestions » comme dirait Emile Coué, ne servent à rien ! Tant que l’autosuggestion consciente n’est pas utilisée. C’est une raison supplémentaire qui justifie qu’un coach professionnel certifié ne donne aucun conseil. Méfiez-vous donc des conseils pour que vous alliez mieux !

Emile Coué nous dit donc qu’il existe en nous deux êtres absolument distincts, l’un conscient et l’autre inconscient. L’existence de notre être inconscient passe généralement inaperçu. On peut même passer toute sa vie sans en avoir pris … conscience. Quoique ! On est parfois troublé par le résultat de nos actes en constatant que « c’était plus fort que moi ! » Le mot est juste, il existe « une force » en nous qui gagnerait à chaque fois, contre notre « volonté » . Nos deux êtres fonctionnent radicalement différemment. Contrairement à l’être conscient, l’être inconscient est doté d’une mémoire infaillible, il se rappelle des moindres événements de votre existence. Si vous vous trouvez dans une situation analogue à une situation d’échec, il va vous faire ressentir ce que vous avez ressenti précédemment, parce que c’est lui qui préside aussi le fonctionnement de vos organes. Ne vous est-il pas arrivé d’avoir mal au dos, ou au ventre à la simple idée d’une situation dans laquelle vous alliez vous trouver ? « J’ai mal au ventre à l’idée aller voir mon boss ! » en référence à la dernière fois où je l’ai vu… De même, crédule, l’être inconscient accepte tout ce qu’on lui dit, à votre insu, sans raisonner. C’est un inconvénient. Mais lorsqu’on sait ça, on connait la faille qu’il conviendra d’utiliser ! A savoir, transformer cette force irrésistible en mouvement !

L’être conscient, c’est « la volonté » , c’est ce que je veux, c’est le mental « Je vais bien, tout va bien ! » L’être inconscient, c’est « l’imagination » qui nous fait toujours agir même, et surtout nous dit Emile Coué, lorsqu’il y a antagonisme entre notre volonté et notre imagination. « Je veux être bien, mais je ne suis pas bien ! » donc, « Je ne serai pas bien ! » La mémoire de votre être inconscient sait que vous n’êtes pas bien et va tout faire pour que vous ne soyez pas bien et le restiez.

Equilibre

Pour vous en convaincre, Emile Coué propose un exercice simple à réaliser. Vous posez par terre une planche de 10 mètres de long sur 25 cm de large. Vous n’avez aucun mal à marcher sur cette planche, sans poser le pied en dehors de la planche, sans perdre l’équilibre. Cette même planche, vous la placez maintenant à 10 mètres de haut. Rien qu’à l’idée de s’engager, vous imaginez ne pas pouvoir. Notez bien « vous imaginez » . Vous avez fait appel à votre imagination, à votre être inconscient. Surtout n’essayez pas, vous allez tomber, c’est sûr ! Mais alors pourquoi les ouvriers du bâtiment, les couvreurs arrivent à marcher sur cette planche à 10 mètres de hauteur sans tomber comme ils le feraient au sol ? « Yes I can ! » J’y viens.

Emile Coué est souvent passé pour fou en disant, « si nombre de personnes sont malades moralement ou physiquement, c’est qu’elles s’imaginent malades moralement ou physiquement » Si vous imaginez ne pas être capable de marcher sur cette planche à 10 mètres de hauteur, vous serez incapable de le faire. Même si vous le voulez expressément, votre inconscient vous dicte que vous ne le pourrez pas. Ce sont les deux premiers principes de « la méthode Coué » :

  • « Quand la volonté et l’imaginaires sont en lutte, c est l’imaginaire qui gagne toujours »
  • « Dans le conflit entre la volonté et l’imagination, la force de l’imagination est en raison directe du carré de la volonté » comme si vous étiez aspiré par le vide des 10 mètres de hauteur, obnubilé par la chute.

Alors comment sortir de l’impasse ? Les 2 derniers principes de « la méthode Coué » nous donnent la clé

  • « Quand la volonté et l’imagination sont d’accord, elles ne s’additionnent pas mais se multiplient« 
  • « L’imagination peut être conduite« 

Oui, l’imagination peut être conduite, puisque, comme le disait Emile Coué, notre être inconscient accepte tout ce qu’on lui dit, sans raisonner ! Mais attention, si vous pensez et répétez à votre être inconscient « je suis malade » , « j’ai mal au dos » , il agira sur vos organes pour aller dans le même sens. C’est l’autosuggestion inconsciente, le malade imaginaire en quelque sorte. Il faut donc s’auto suggérer le « je suis bien » et le « je peux » sans qu’intervienne la volonté du « je veux » parce que s’il y a conflit, vous obtiendrez le contraire de ce que vous voulez. Dans ses livres, Emile Coué cite des exemples de patients guéris de maladies incurables, grâce à sa méthode. On peut ne pas y croire, mais il existe bien des cas de guérisons que ni les médecins ni l’église expliquent, en parlant de « miracles » . C’est le pouvoir de l’autosuggestion consciente, dont voici les principes.

  • « On ne peut penser qu’à une chose à la fois »
  • « Toute pensée occupant notre esprit devient vraie pour nous et à tendance à se réaliser en acte »
  • « Il convient de bien peser consciemment ce qui doit être auto suggéré »
  • « Le contenu de l’autosuggestion sera centré sur ‘je suis‘, ‘je peux‘ et non sur ‘je veux’ « 
  • « Pour influencer l’imagination, il convient de répéter plusieurs fois par jour des phrases du type ‘ma confiance en moi s’améliore de jour en jour‘, ‘j’accepte qui je suis et je m’apprécie de plus en plus tel que je suis’, ‘c’est facile et je peux parler en public’ « , « je peux marcher sur cette planche à 10 mètres de hauteur, comme je le fais lorsqu’elle est posée par terre » etc.

En processus de coaching, lorsque le coaché a défini son objectif qui fait sens et qui est important pour lui, lorsqu’il a imaginé le gain de son atteinte en lui faisant vivre et ressentir les bienfaits, on met en place les conditions du pouvoir de l’auto suggestion consciente. Je dirais même que le plus gros du travail est fait ! Ensuite, toutes les actions du coaché sont centrées sur son objectif, une pensée à la fois. Son travail est concentré sur l’action en déterminant les moyens et les stratégies nécessaires pour rendre possible l’atteinte de l’objectif, « avec ce que je mets en place, je peux le faire« . C’est lui qui les imagine et se les auto suggère. De plus, c’est en accord avec son besoin « ce qu’il veut » . Et c’est bien la condition requise pour que cela fonctionne. Emile Coué souligne que « la suggestion d’une tierce personne imposerait une idée au cerveau de l’accompagné » . Mais si son être inconscient sait qu’il ne peut pas, il (son être inconscient) refusera la suggestion, même si son mental le veux. Comme je le disais en début d’article, c’est une raison supplémentaire qui justifie qu’un coach ne donne aucun conseil.

Si vous voulez passer du « Je vais bien, tout va bien » à « Yes I can ! » , contactez-moi.

2 commentaires sur “Le pouvoir de l’autosuggestion consciente

  1. Bonjour Christian. Pourquoi l’autosuggestion consciente ne fonctionnerait-elle pas suite à une suggestion extérieure, par exemple venant d’un coach ? Un conseil ne peut-il pas débloquer un nouveau champ de possibles pour celui qui l’écoute, tant pour son conscient que son inconscient ? Merci pour cet article.

    J'aime

    • Bonjour Emmanuel et merci pour l’intérêt que vous portez à mes articles.
      Pourquoi un coach ne donne-t-il pas de conseil ? J’ai un article en préparation, spécifique sur le sujet. Je vous invite à vous connecter périodiquement sur mon blog. En voici quelques éléments qui seront développés lors de sa diffusion.
      Déjà un coach n’est pas un « conseiller » ou un « mentor ». Ce sont des métiers différents, avec des finalités différentes. La finalité du coaching professionnel, réalisé par un coach certifié, est de rendre le coaché autonome, en le responsabilisant dans ses choix. Là où un conseiller se rend indispensable et vit au dépend du demandeur de conseils, le coach, grâce aux outils du coaching, fait en sorte de responsabiliser le coaché, pour qu’il trouve lui même ses propres solutions, qui lui sont donc adaptées. Là où le conseiller est flatté et se valorise au travers des conseils qu’il donne, le coach lui valorise le coaché par les progrès qu’il réalise en trouvant lui même ses propres solutions. Le conseiller est centré sur lui (son expertise, son expérience, ses solutions à lui), le coach est centré sur celui qu’il accompagne, en le challengeant.

      Donner des conseils est inefficace, contre productif voire même dangereux. Imaginez la situation. Une personne qui, depuis plusieurs années, a perdu la confiance en elle, son estime de soi qui viendrait voir un conseiller. Ce dernier en quelques minutes d’entretien lui donnerait 2 ou 3 conseils. Que dirait cette personne ? Je pensais être nul, là j’en ai la preuve. Je viens voir quelqu’un qui en quelques minutes trouve la solution, que je n’ai pas trouvée en plusieurs années. Pire ! Si cette personne n’arrive pas à atteindre son objectif avec le conseil prodigué, que va-t-elle penser ? Lui y est arrivé mais pas moi, je suis vraiment un bon à rien !

      Le code de déontologie de la profession de coach nous demande de vérifier en continu la sécurité ontologique du coaché, c’est à dire l’état de sérénité et de confiance en soi, ainsi que son écologie, son équilibre interne et vis à vis des autres. Donner des conseils guide l’accompagné dans des chemins qui ne sont pas les siens, c’est le forcer en quelque sorte. On le peut déstabiliser dans ses fondements identitaires. C’est contraire au code de déontologie.

      En résumé, le coach ne doit pas influencer le coaché. Il n’y a qu’une influence qui peut être autorisée, c’est le résultat de l’empathie. En étant empathique, c’est à dire en comprenant intimement ce que vit le coaché, il se sent (enfin) compris. Cette posture du coach influence le coaché à se responsabiliser pour atteindre son objectif en levant ses freins. C’est la seule influence que l’on peut s’autoriser.

      Concernant l’ouverture des possibles, bien sûr que le coach oeuvre en ce sens. Mais au lieu de le faire au travers de conseils, il le fait au travers de son questionnement, de la verbalisation du coaché, de sa prise de conscience et bien d’autres outils du coaching. C’est plus long (quoique !) mais c’est certainement plus efficace dans la durée et sécurisant pour l’équilibre du coaché. Le coaching professionnel certifié est un métier, voire un art. je vous invite à lire mon article sur le sujet
      https://laconfianceenvous.coach/2018/09/01/exercez-vous-un-metier-ou-un-art/
      Au plaisir de vous lire. Bien cordialement Christian Semperes

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s