Quel lien entre décision et émotion ?

Un processus de coaching repose sur votre responsabilisation dans vos choix, donc sur les décisions que vous prenez. Alors, pourquoi une telle question ? Quel lien entre décision et émotion ? Parce qu’on pourrait penser que pour « bien décider » , il faut le faire de manière analytique, raisonnée en « l’absence d’émotion » pour que la décision soit rationnelle. Et bien nous allons voir que le processus de décision est imbriqué avec les émotions. Serait-ce une pollution ? Ou serait-ce nécessaire ? En tout cas, il est important de conscientiser le processus pour le maîtriser. Surtout si vous êtes dans un processus de coaching pour atteindre un objectif qui nécessite un changement, une transition.

medical illustration of the human brain isolated on white

De manière simpliste, le cerveau est constitué de 3 parties, le cerveau reptilien le plus archaïque qui gère l’instinct vital, le cerveau limbique qui gère les émotions et le cerveau néo cortex, le propre de l’homme, qui gère la réflexion analytique et le raisonnement rationnel. En situation de stress, le cerveau reptilien gère votre survie et inhibe l’action des deux autres cerveaux tant que votre perception de la menace est présente. En situation émotionnelle, les 3 étapes de l’émotion, charge, pression et décharge émotionnelle, bloquent le raisonnement analytique et rationnel du néo cortex. Pour illustrer cette notion, « j’ai pris une mauvaise décision sous l’emprise de la colère ! » . On imaginerait alors que les émotions polluent le processus de décision ? On pourrait alors penser qu’en l’absence de menace et d’émotion, on aurait une capacité à raisonner et prendre des décisions totalement rationnelles ? Sans émotion ? Et bien non.

Antonio Damasio, neurologue et psychologue, affirme que les émotions font non seulement partie du processus de décision, mais que les émotions sont nécessaires. Ah ! … Mais alors, comment ça marche ?

Lorsqu’elle est présente, l’émotion parasite en effet l’objectivité et la rationalité de la prise de décision. Ça, c’est établi. On agit en court-circuitant l’analyse. Par contre, en l’absence d’émotion, lorsque votre analyse commence à élaborer des hypothèses de solutions sur lesquelles vous allez décider du choix de la meilleure, vous faîtes appel à votre mémoire à long terme.

pexels-photo-277615.jpeg

Pourquoi ? Tout simplement parce que, pour faire votre choix, vous analysez les conséquences prévisibles des différentes hypothèses. Vous allez vous baser sur votre expérience stockée dans votre mémoire à long terme. Et comment sont stockées ces informations dans votre cerveau ? A partir de vos émotions ! Si je vous dis « que faisiez-vous le 23 avril 2017 » , ce sera difficile pour vous. Si je vous dis « que faisiez vous le 11 septembre 2001« , vous accédez tout de suite à l’information stockée. Donc, pour décider du choix de la solution retenue, à partir d’une estimation des conséquences prévisibles, vous faîtes appel à la mémoire de vos expériences enregistrées grâce à vos émotions vécues sur le moment. Vous allez alors revivre cette émotion qui va vous suggérer de retenir ou pas l’hypothèse. Il y a donc une implication directe des émotions dans le processus de décision. Comme le processus de décision est extrêmement rapide, il se fait de manière inconsciente, pour vous… Et le coach, dans tout ça ?

Sachant cela, le coach est attentif à vos prises de décision durant votre processus de coaching. Lorsque vous aurez à choisir et à décider, vous allez accéder à votre mémoire à long terme et réactiver des émotions. Vous pourriez ainsi toujours boucler sur le même type de décision, ce qui rendrait difficile votre cheminement vers le changement que vous souhaitez. Oui mais le coach n’est pas dans votre tête lorsque vous décidez !MarqueurSomatique

Il suffit de prendre le « é » de « é »motion, comme l’ « ex »pression de l’émotion pour l’ « ex »térioriser. Si vous revivez intérieurement cette émotion, le coach va repérer des signes externes représentatifs de votre état interne, ce qu’Antonio Damasio (encore lui !) appelle des « marqueurs somatiques » . Si le coach repère le signe extérieur d’une émotion, il vous requestionnera sur votre prise de décision. Connaissant ces mécanismes, le coach est là pour vous aider à y voir clair et vous responsabiliser dans vos choix. Il s’agit de vous faire prendre conscience que l’émotion réactivée a été soit polluante soit nécessaire et bénéfique à votre décision. Mais au final, c’est bien vous qui conservez votre libre arbitre, bien sûr !

Si vos émotions perturbent vos choix et décisions, faîtes appel à un professionnel de l’accompagnement. Contactez-moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s