L’assertivité, c’est quoi et ça sert à quoi ?

L’assertivité, c’est quoi et ça sert à quoi ? C’est déjà un mot mal connu qu’il convient de définir. C’est un comportement qui est issu d’une disposition psychologique. Ce comportement conduit à la capacité à s’affirmer soi-même vis à vis des autres, mais tout en respectant les autres, sans les dévaloriser, sans les combattre, tout en les considérant, d’égal à égal. Je m’affirme parce que j’ai de la valeur, mais je respecte les autres parce qu’ils ont aussi de la valeur. Oulà ! A bien regarder ce qu’il se passe dans la vie courante, cette attitude est très peu répandue ! J’ai raison, tu as tord. Si tu penses différemment de moi, tu es un imbécile, pour ne pas dire plus… C’est ça la vraie vie, non ? Y aurait-il un bénéfice à avoir cette attitude ? Mais alors comment arriver à l’incarner ? C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui.

silhouette photography of people near body of water
Photo de Bithin raj sur Pexels.com

close up of a lioness
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Revenons à la vraie vie. Nos relations courantes envers autrui sont assez proches de l’animal. Soit j’ai peur de mon interlocuteur, je vais alors rechercher une porte de sortie, par instinct de survie. Soit je me sens suffisamment armé pour le combattre et je vais hérisser le poil, comme deux félins juste avant la lutte, pour montrer mon agressivité en espérant qu’il fuira. Ou je vais me servir de mon intelligence de prédateur pour arriver à mes fins, mettre en place une stratégie en espérant que l’autre ne la verra pas, pour en venir à bout et l’abattre. Un comportement animal, quoi !

Pour en arriver à s’affirmer soi-même tout en respectant l’autre, il va falloir réaliser « un travail sur soi. » Qui dit travail, dit du temps. Mais si ça prend du temps, il va falloir que j’y trouve un bénéfice. Je vais donc traiter ces deux points, quel travail à réaliser pour faire preuve d’assertivité ? Et qu’est-ce que ça va m’apporter ? 

En introduction, j’avais introduit que l’assertivité était issue d’une disposition psychologique. Quelle est-elle ? Pour avoir cette capacité, il convient d’être en paix avec soi-même, c’est à dire réaliser un travail sur soi. Mais c’est quoi un travail sur soi ? C’est le résultat d’une combinaison qui consiste à

  • bien connaître, accueillir et accepter ses qualités, ses travers, ses compétences, ses limites, ses talents, ses valeurs, ses croyances, le sens qu’on veut donner à sa vie, comme un tout,
  • avoir une bonne image de soi, c’est à dire en faisant abstraction de ce que pense les autres, arriver à aimer ce que je suis devenu dans toutes ses dimensions de bien et de moins bien en même temps,
  • s’estimer c’est à dire croire en sa juste valeur, ni trop, ni trop peu,
  • avoir confiance en soi, c’est à dire croire en ses capacités tout en connaissant ses limites.
photo of woman looking at the mirror
Photo de bruce mars sur Pexels.com

De toutes évidences, le travail sur soi n’est jamais terminé. Mais on peut dire qu’il produit son effet, lorsqu’on s’est libéré de ses chaînes éducatives et culturelles, lorsqu’on entreprend prudemment mais avec assurance, fort de la connaissance de soi, l’estime de soi et la confiance en soi. Lorsque je suis aligné entre ce que je pense, ce que je dis et ce que je fais, c’est à dire lorsque je suis congruent, alors mon travail sur moi aura été efficace pour poursuivre ma route vers l’assertivité. Pour faire preuve d’une attitude d’assertivité, le travail sur soi est donc une condition nécessaire. Pour qu’elle devienne suffisante, il faut maintenant, se tourner vers les autres, mais vous l’aurez compris, pour se tourner vers les autres il aura fallu d’abord se tourner vers soi. Les grecs l’avaient bien compris il y a 2400 ans « Connais toi, toi-même, et tu connaitras l’Univers et les Dieux« , le monde donc.

Comment faire pour respecter les autres et les prendre en considération ? Parce que … comme disait Coluche « Quand on voit ce qu’on voit et qu’on entend ce qu’on entend, on a raison de penser ce qu’on pense ! » Si je suis arrivé à me connaître, m’estimer, me faire confiance dans toutes mes dimensions avec mes aspects positifs et négatifs en même temps, j’ai fait preuve d’auto empathie. J’ai compris et accepté ce que je suis globalement. Et bien je suis en bonne disposition pour faire de même avec les autres. Eux aussi sont biens et moins bien à la fois, en même temps, dans toutes leurs dimensions. Pour eux aussi, c’est le fruit de leur construction identitaire, de leur éducation, de leur culture, de leur vécu, de leur expérience. Comme j’ai pu m’estimer moi-même, comme j’ai compris ce que je suis devenu, je dois le faire pour les autres, je dois être à l’écoute pour comprendre ce qui a contribué à ce qu’ils sont devenus. Il n’y a pas de raison de faire autrement que de faire preuve d’empathie envers eux. Il n’est pas question de cautionner, mais de comprendre ce qui les amène à dire ce qu’ils disent et faire ce qu’ils font, comprendre leur alignement, comme j’ai compris le mien.

desk office pen ruler
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Venons-en à ce que l’assertivité va m’apporter. Et bien déjà, de se débarrasser d’un comportement animal et de se comporter comme un être humain doté de capacités à raisonner non pas pour une stratégie de chasse, mais pour pacifier nos relations, pour nous connecter avec les autres plutôt qu’un combat stérile. Avec comme finalité, le bien de l’Humanité ! Dans quelles situations, je peux mettre en oeuvre l’assertivité ? Et bien dans toutes les relations avec autrui. En famille, avec ses enfants, ses parents, au travail, dans ses relations avec sa hiérarchie, ses collaborateurs, sur les réseaux sociaux … je dirais surtout ! En réalité, comme les animaux, nous adoptons une attitude en réponse à l’attitude de notre interlocuteur. Si je suis agressif, il le sera. Si je montre une bonne affirmation de moi tout en considérant son point de vue comme tout aussi important que le mien, nous allons pouvoir laisser les armes aux vestiaires et nous connecter, de manière à trouver ensemble des points communs sur lesquels nous allons bâtir quelque chose. Premièrement une relation de confiance. Ensuite, un projet de construction commun. Dans tous les domaines, l’éducation, le management ou autres, ce sont des conditions favorables pour inspirer les autres à en faire autant. Et inspirer les autres, c’est faire preuve de leadership, plutôt que leur « montrer le chemin » et « tirer les autres » , comme on définit souvent le leadership.

Si vous trouvez que cet état d’esprit peut vous être utile, à votre vie et à ce que vous souhaitez apporter au monde ; si vous considérez avoir besoin d’accompagnement pour votre travail sur vous, contactez-moi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s