Ce que va produire, la confiance en vous

Reprenons le mécanisme de la construction de la confiance en vous ou de la défiance en vous. Nous indiquions dans le premier post qu’il s’agissait d’un enchaînement successif d’émotions, de sentiments, de croyances et de limites. De quoi parlons-nous ? Une émotion est un trouble passager causé par un sentiment vif. Un sentiment est un état affectif durable lié à des émotions et issu d’une représentation (aspect subjectif). Une croyance se construit à partir d’une élaboration d’une thèse à laquelle vous adhérez comme une vérité, votre vérité, parfois indépendamment des faits (encore un aspect subjectif). Plus il y aura d’émotions et de sentiments qui viendront étayer votre thèse, plus votre croyance va s’ancrer. Parfois même, pour être cohérent avec votre croyance, vous allez corriger, interpréter les faits, pour qu’ils viennent confirmer votre croyance. A partir de cette croyance, vous allez poser des limites, vos limites. Celles que vous vous fixez vous-même de manière subjective, nous venons de le voir.

Can-do-it

Vous avez fait quelque chose de bien, que vous considérez bien (sans référence à ce qu’en pensent les autres, nous sommes sur la confiance en vous et non à l’estime de vous). Vous éprouvez alors une émotion de joie qui entraîne un sentiment de bien être, de force, d’optimisme. Vous croyez alors que ce que vous avez mis en œuvre pour atteindre cet objectif est reproductible. Vous croyez en votre capacité à entreprendre. Vous faites d’autres projets. Vous allez repousser vos limites et ainsi de suite. Même si vous échouez, comme cette croyance est ancrée, vous allez trouver des excuses pour montrer que vous n’êtes en rien responsable de cet échec. Ou mieux, vous pensez que « il n’y a pas d’échec, il n’y a que des abandons. » Albert Einstein

Réflexion

Ou alors, vous avez échoué. Vous exprimez une émotion de tristesse voire de colère. Durablement vous êtes blessé, affecté, d’humeur négative, pessimiste ce qui entraîne des croyances, vous n’êtes bon à rien, on vous en veut. Même si vous réussissez une fois, vous pensez que c’était le hasard, voire que vous ne le méritez pas. Votre capacité à entreprendre se réduit, vous vous fixez des limites infranchissables.

Si vous venez voir un coach professionnel certifié en qui vous avez confiance, l’objet du second post, il va vous garantir une présence sécurisante qui va vous permettre une prise de risque calculée, réfléchie, conforme à vos valeurs, à ce que vous pensez pouvoir faire. Et même si vous êtes dans le second cas, de la défiance en vous, le coach expert en ces mécanismes, va vous aider dans cette reprise de confiance en vous. D’objectifs intermédiaires en objectifs intermédiaires, vous allez reprendre cette confiance qui vous a fait défaut. Imaginez ce que peut produit quelqu’un qui est à l’écoute de ce qui est important pour vous, qui comprend ce que vous vivez et qui met en place des moyens de vous aider à atteindre votre objectif.

Grâce à la confiance en vous retrouvée :

  • Par la compréhension de vos émotions vécues, vous allez mieux les contrôler (ce sera l’objet d’un post à venir).
  • Vous améliorerez le rapport que vous entretenez avec vous-même. Vous vous regarderez différemment en vous acceptant tel que vous êtes, améliorant ainsi votre sentiment de bien être.
  • Vous allez vous construire des croyances aidantes et durables.
  • Vous allez enfin prendre le recul nécessaire face aux situations que vous vivez, plutôt que de les subir. En séance nous prendrons le temps qu’il faut pour le faire.
  • Vous considèrerez que l’échec que vous venez de vivre n’est en fait qu’un apprentissage du succès. Vous allez apprendre à vous connaître, vos points forts, vos points à améliorer. Vous vous fixerez alors des objectifs atteignables. Vous retrouverez votre optimisme qui vous a fait défaut.
  • Vous allez « apprendre à apprendre de vous ». Vous serez sur la voie de l’autonomie, la finalité du coaching.

Voilà le voyage que je vous propose, au plus profond de vous. C’est vous qui voyagerez. Je ne serai que le cocher(*) du carrosse pour vous amenez là où vous voulez bien aller. A moi d’adapter les moyens d’arriver à bon port.

Cocher(*) : sens premier du terme « coach » (et non le sens anglais « entraîneur »)

Mais pour arriver à destination, par où allez vous passer ? Quelles sont les étapes du voyage ? Ce sera l’objet du post de la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s