Quel impact de la conscience sur la confiance ?

Sans avoir fait le tour de la question, la perception de l’atteinte d’un objectif peut vous paraître facile et simple. Vous avez « confiance » . Vous y allez « la fleur au fusil » . Et plus vous avancez inconsciemment, plus vous risquez d’accumuler les échecs, qui vont baisser votre confiance en vous, par la spirale d’émotions négatives, de sentiments durables de mal être, de construction de croyances limitantes. Plus vous prenez la mesure de la complexité pour arriver à réussir, plus vous analysez les différentes stratégies, donc les moyens à mettre en oeuvre, plus vous vous posez de questions, plus vous doutez ce qui engendre « la peur d’entreprendre » . Alors la prise de conscience de la difficulté à atteindre un objectif est-elle un frein pour agir ? C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui. 

Le culot peut réussir. La chance existe aussi. Tout est question de tempérament. Si vous ne craignez pas d’échouer et si votre perception de l’échec n’a pas d’enjeu à vos yeux et sur votre perception du regard des autres, pourquoi pas. Si c’était un coup d’essai, « pour voir » , pour se constituer une expérience, analyser, comprendre, apprendre, sachant très bien que l’échec est au bout, pourquoi pas.

Réflexion-Croyances

Alors, à quoi sert d’augmenter le niveau de conscience de la complexité de ce qui vous attend ? Vous allez consolider ainsi votre préparation, les moyens que vous allez mettre en oeuvre, votre choix de la stratégie retenue parmi d’autres, votre anticipation des difficultés avec des roues de secours toutes prêtes au cas où. Vous vous construisez une armure pour se prémunir du fortuit.

« Si on commence avec des certitudes, on finit avec des doutes. Si on commence avec des doutes, on finit avec des certitudes. » Francis Bacon

Motivation

Alors doutez ! Ayez peur de vous tromper ! Ayez crainte d’échouer ! Mais surtout n’en restez pas au stade de ces incertitudes qui vous bloquent. Agissez ! (Agir, c’est le verbe d’action qui reviendra périodiquement dans votre processus de coaching). Construisez-vous un plan B, identifiez-vous des parades. C’est autant de coups que vous auriez pris par surprise et autant de solutions que vous allez bâtir, en amont, pour faire feu au cas où, avec une batterie de cartouches à votre bandoulière. Alors que l’excès de confiance en soi peut entraîner cette perte de contact avec la réalité, vous allez vous construire la certitude que votre préparation est de nature à faire face aux imprévus. Le niveau de conscience que vous allez construire va vous permettre de garder les pieds sur terre et de rester connecté à la réalité.

Après votre processus de coaching vous aurez vaincu non pas vos incertitudes, mais leurs effets néfastes. Lorsqu’arrivera un événement, il ne s’agira plus d’une menace, mais d’un challenge. Vous conserverez vos incertitudes sur le comment faire, sur les délais, sur le nombre d’échecs avant de réussir, certes. Mais vous vous aurez forgé un état d’esprit de certitude quant à l’atteinte du résultat. « Je ne sais comment je vais le faire, mais je sais que je vais le faire » . Vous aurez un état de conscience de vos forces, tout en ayant conscience de vos faiblesses qui nécessitent de se préparer. Puisque le coach aura pris soin de vous guider vers votre autonomie et puisque ce mécanisme est transverse à toutes les situations, vous n’aurez plus besoin de lui. Pour devenir le leader de vous-même, contactez-moi !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s