Des résistances à s’engager ?

Réflexion-Le manque de confiance provoque en vous des résistances. Réfléchir avant d’agir, avancer avec prudence quoi de plus naturel. Cependant être seul dans cette réflexion peut conduire à l’indécision, la remise au lendemain permanente, l’absence de responsabilisation dans ses choix. S’instaure alors la peur du changement parce qu’il faut couper le cordon ombilical avec la situation que vous allez lâcher.

Vous vous demandez si vous allez être à la hauteur de cette nouvelle situation ? Pour affronter un changement sur quoi allez-vous vous appuyer ? Sur vos compétences, votre expérience ? Mais le changement qui se profile, vous n’avez aucune compétence pour y faire fasse, aucune expérience, c’est quelque chose de nouveau. Aucun point de repère. Tout est donc à construire. Comment ? Vous ne savez pas. Alors que oui ! Les solutions sont en vous. Mais vous avez du mal à les trouver. Il vous faudrait des questions ciblées, adaptées à votre façon de fonctionner. Qui cela peut être ? Il vous faut quelqu’un de confiance.

Entretien8

Ce peut être un proche de la famille, un ami. Mais, après un bref exposé de la situation, il va vous prodiguer des conseils, parfois très bons, qui ont fonctionné pour lui. Mais souvent inexploitables pour vous ou pas adapté à votre contexte spécifique, à ce que vous êtes, à ce que vous voulez vraiment. Essayer un conseil mal adapté, peut conduire à un nouvel échec, qui va renforcer encore votre mal être, puis contribuer à baisser votre propre estime et votre confiance en vous. « Même un bon conseil de quelqu’un de confiance ne marche pas ! »

Aussi, il peut être difficile de se confier à un proche, parce qu’il va falloir lui montrer vos éventuelles faiblesses. Que va-t-il penser de moi ? Une forme de jugement. Il faut donc bien quelqu’un de confiance, c’est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant.

Il vous faut un professionnel de l’accompagnement qui vous aide à faire, vous même, un réel diagnostic de votre situation. Avec empathie et bienveillance, vous aurez un réel sentiment d’être compris. Contrairement à un proche qui peut faire preuve de compassion (*), un professionnel de l’accompagnement fait preuve d’empathie (*). Il gardera donc le recul et la lucidité opérationnelle de votre accompagnement.

Par ailleurs, puisqu’il vous garantit la confidentialité et l’absence de jugement, vous retirez ainsi votre éventuel blocage pour vous livrer pleinement. Le coaching a une fin. Le coach à qui vous avez confié vos doutes, vos résistances, vos peurs, vous ne le verrez plus. C’est ce qui va fondamentalement modifier votre regard sur votre réflexion intime.

Et puis, le coach, lui, ne va vous prodiguer aucun conseil. Il va juste vous aider à accoucher de votre solution, celle qui est adaptée à votre contexte, votre objectif, aux ressources que vous pouvez mobiliser, votre rythme, vos valeurs, vos croyances.

Old Vintage Wooden Helm Wheel

Vous allez retrouver de la confiance en vous, parce que petit à petit, avec l’accompagnement du coach, vous allez trouver les moyens de contrôler et maîtriser ce qu’il se passe. Il vous aidera pour décider où vous voulez aller et comment y aller. Vous anticiperez ce que vous allez rencontrer comme difficultés. En cas de défaillance, le coach sera là pour vous aider à remonter de la pente.

Donc oui, il y a toujours des résistances au changement de votre situation. Faites-vous accompagner par un professionnel de l’accompagnement. Contactez-moi !

(*) La différence entre « empathie » et « compassion« 

L’empathie est une façon de se comporter en entretien, pour obtenir la compréhension intime de ce que vit l’autre, mais sans ressentir, sans juger, sans adhérer car cette réalité n’est pas la sienne. Le coach restitue ce qu’il a compris, en faisant résonner les propos du coaché qui éprouve un sentiment d’être compris. Le coach faisant preuve d’une bonne qualité d’écoute garde cependant le recul et donc la lucidité opérationnelle pour aider l’autre. Ces définitions de l’empathie proviennent de Carl Rogers et Marshall Rosenberg, deux psychologues américains, qui sont à la base de l’approche en coaching.

La compassion, c’est aussi la compréhension de ce que vit l’autre, mais celui qui écoute en vit toute la profondeur, comme si c’était lui qui était touché par cette réalité. Il éprouve les mêmes émotions. Il peut aller jusqu’à apitoiement. Contrairement à l’empathie, la compassion ne permet plus le recul nécessaire pour aider l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s