L’activation des 7 leviers pour vous aider à trouver votre motivation

On entend parfois « je manque de motivation ! » ou « j’aimerais bien mais j’peux point ! » Vous êtes vous posé la question de ce qu’est la motivation ? Si vous avez du mal à définir la motivation, vous en conviendrez qu’il est étonnant de dire qu’on en manque. Ce serait comme chercher quelque chose sans savoir quoi chercher. Si par contre, vous avez la bonne définition de ce qu’est la motivation, il est alors difficile d’en manquer. Ou alors, il est normal de manquer de motivation, parce que ce qu’on cherche à faire « ça ne vaut pas l’coup » de se motiver !

Dans un processus de coaching, même si on n’évoque pas forcément et explicitement le mot « motivation » il est au coeur de tout ce que vous faites. Intentionnellement, grâce à son questionnement, le coach fera en sorte de la faire naître cette motivation en activant les leviers de votre motivation. C’est en activant des leviers que vos freins seront alors lâchés. « Donnez-moi un point d’appui et je soulèverai le monde » disait Archimède. Mais alors quels sont les 7 leviers qui orienteront « votre motivation à agir. » C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui.

Nota : j’anime un atelier sur le thème de la motivation, si le sujet vous « motive » … contactez-moi.

Photo by bruce mars on Pexels.com

Commençons par définir ce qu’est la motivation. La motivation serait-ce ce qui donne envie ? Imaginez avoir envie d’un bon gâteau au chocolat. Si je vous disais d’aller le chercher en marchant sur les mains, la tête en bas, le feriez-vous ? Sans doute pas, parce que vous n’avez pas la motivation pour le faire dans ces conditions, ça n’en vaudrait pas la chandelle, ça n’aurait pas de sens. Ou alors il faudrait être vraiment accroc au chocolat ! La motivation, c’est donc plus que l’envie. Par contre, un toxicomane, lui, aura la motivation d’aller chercher sa dose, coûte que coûte ! Quelle est la différence alors ? La motivation nait d’un manque de satisfaction d’un besoin. L’homo sapiens « marche » au besoin. Le verbe marcher est bien approprié ! En effet, le mot « motivation » vient du latin « motivus » qui veut dire mobile et de même racine que le verbe « movere » c’est à dire se mouvoir. La motivation c’est donc ce qui met en mouvement. Je vous propose alors une définition de la motivation. « La motivation est un processus volontaire d’inscription dans la durée qui régit l’engagement total et efficace d’un individu pour une activité précise. »

Dans cette définition tous les mots ont leur importance. Un « processus » est un enchaînement ordonné d’actions visant un résultat déterminé à l’avance. Le hasard n’a pas sa place. De plus ce processus est « volontaire. » Il est donc conscient et raisonné après une décision, celle de « s’engager dans la durée. » Notez bien que la motivation n’est pas quelque chose de ponctuel, elle s’inscrit dans la durée, avec des hauts et des bas au regard des résultats du processus engagé. Notez bien également, qu’une fois atteint le résultat recherché, la motivation s’annule. Autrement dit, on ne peut pas être motivé toute sa vie. On est motivé pour atteindre un résultat. Pas d’objectif, pas de résultat à atteindre, pas de motivation possible. Comprenez-vous maintenant pourquoi un coach vous fait déterminer, verbaliser et écrire votre objectif ? L’évaluation de la motivation se mesure par « un engagement total. » On repère un individu motivé lorsqu’il concentrera ses actions sur cet unique objectif, « une activité précise » en laissant tomber d’autres activités. L’individu motivé a fait ce choix « volontaire » on ne peut pas courir plusieurs lièvre à la fois, sinon ce n’est pas « efficace. » Nous venons de faire le tour de cette définition de la motivation. J’avoue que ce sont mes repères d’évaluation de la motivation de mes clients qui me permettent d’ajuster ma stratégie et mon questionnement pour agir sur les 7 leviers de la motivation. Je vais les lister dans l’ordre dans lequel je les classe personnellement parce que j’y trouve « du sens. » Ce sera la direction du développement qui suit.

  • La satisfaction d’un besoin et le sens qu’on trouve à sa motivation
  • Le soutien d’un groupe et le sentiment d’appartenance associé
  • La croyance en ses capacités
  • Le progrès dans l’amélioration de ses capacités
  • La joie et le plaisir de progresser vers son objectif
  • L’engagement que l’on focalise sur son objectif
  • La pleine autonomie dans le déploiement de sa motivation
Photo de Anna Shvets sur Pexels.com

Alors comment faire naître la motivation et l’entretenir dans la durée ? Nous venons de voir que la motivation est en lien avec un besoin non satisfait, c’est un premier levier, essentiel ! La première étape est donc de déterminer ses valeurs. Trier ce qui est important de ce qui ne l’est pas ou l’est moins. Pour nourrir ses valeurs, il faut satisfaire ses besoins vitaux. Comprenez-moi bien, un besoin est un besoin « pour vivre. » C’est quelque chose de vital. Si votre objectif à atteindre ne fait pas partie des 3 premières valeurs que vous mettez tout en haut de VOTRE pyramide des besoins, pas la peine de chercher plus loin. Vous ne trouverez jamais la motivation. Le coach vous posera la question de savoir « en quoi, l’atteinte de votre objectif permettra-t-il de satisfaire un besoin vital et donc de nourrir vos valeurs ? » Comme la motivation prend naissance dans la prise de conscience d’un manque, cette question a comme intention de vous faire percevoir ce manque. A la manière d’une récompense à aller chercher. Je parle de récompense parce que je pense au circuit de la récompense du cerveau qui fait sécréter de la dopamine, un dopant naturel qui améliore sans effort les capacités cognitives du cerveau. En clair, plus vous voyez un intérêt à l’atteinte de votre objectif, plus votre cerveau sera créatif et vous aidera. C’est un processus que le coach connait bien, c’est la raison pour laquelle il est parfois insistant dans son questionnement pour aller chercher ce qui vous mettra en mouvement. Comprenez bien la nuance. Ce n’est pas l’objectif que vous suivez qui fait sens. Ce sont les effets engendrés par l’atteinte de l’objectif qui font sens et qui vont déclencher en vous la soif d’aller chercher cette récompense. C’est ça qui fait naître la motivation. Tout le questionnement du coach est basé là-dessus. Et lorsque vous aurez « un coup de mou… » comptez sur lui pour réveiller cette soif de récompense. C’est à coup sûr efficace.

Contrairement aux freins à la motivation qui sont souvent diffus car non conscients, la motivation, elle, fait appel au conscient. La motivation est quelque chose d’intime et de volontaire. Elle ne se décrète pas sur un claquement de doigts, elle se décide consciemment après analyse approfondie et compréhension du sens représenté par les effets decoulant du résultat obtenu et de ses gains. Cependant, votre motivation aura besoin de s’appuyer sur votre entourage qui va vous encourager à persévérer. Ce sentir soutenu, c’est le second levier. Comptez sur le coach pour être votre premier supporter ! Il faudra en trouver d’autres, votre famille, votre manager, vos collègues, votre équipe.

Par contre, les freins à la motivation et la motivation elle-même reposent sur des croyances. La croyance en son incapacité est un frein, même si on a les capacités requises. La croyance en ses capacités est un troisième levier de la motivation, je serais même tenté de dire, même si on n’a pas les capacités a priori. Pourquoi ? Parce que la motivation va créer les conditions pour obtenir coûte que coûte les capacités nécessaires. Si on manque de capacités, on va échouer c’est certain. Mais comme on a la motivation, on va apprendre de ses erreurs améliorer ses capacités pour sécuriser la tentative suivante. Et ainsi de suite. On est alors motivé à persévérer parce que la perspective du gain d’atteindre l’objectif est plus forte que la déception d’avoir une nouvelle fois échoué. L’analyse des causes de l’échec et la détermination de nouvelles parades pour les tentatives suivantes permettent d’obtenir le sentiment de progresser vers votre objectif. C’est le quatrième levier.

Photo de Skitterphoto sur Pexels.com

L’atteinte d’un objectif intermédiaire et la célébration de cette « petite victoire » vont faire naître en vous le plaisir de continuer à vous battre pour atteindre l’objectif final. La joie et le plaisir de progresser sont des leviers forts de la motivation, le cinquième. Comptez sur le coach pour souligner vos progrès et vous faire éprouver cette joie et ce plaisir. Là encore, une petite sécrétion de dopamine supplémentaire … ça aide !

C’est grâce à l’activation de ces 5 leviers précédents que vous activerez le sixième à savoir « l’engagement total«  dont je parlais dans la définition de la motivation.

Néanmoins, avant de se lancer dans l’action, il convient de mesurer l’impact de son engagement total sur soi et les autres. Ce point est important. Le coach veille à votre écologie, c’est à dire votre équilibre interne et votre équilibre avec votre environnement. La motivation à atteindre votre objectif ne doit pas vous déséquilibrer. Les précédentes questions visent aussi à anticiper les moments de flottement où la motivation vacille. Ce sont autant de pré-réflexions programmées qui permettront de faire pencher la balance du coté de la persévérance. Elles permettent aussi d’envisager à ne pas atteindre votre objectif. En effet, si vous trouver un sens au renoncement à votre objectif, s’agit-il bien d’un renoncement, finalement ? Tout au plus, un changement d’objectif ? Maintenir ou retrouver son équilibre est une attention de tous les instants en processus de coaching. Le coach pourra vous questionner sur ces points :

  • « Qu’êtes-vous disposé à mettre en œuvre au regard du bénéfice escompté ? »
  • « De quoi êtes-vous prêt à vous passer pour vous concentrer sur l’objectif à atteindre ? »
  • « Qu’est-ce que vous envisagez comme impact sur les autres, votre famille notamment, de votre total engagement ? »
  • « Quelle durée prévisible de votre engagement ? »
  • « Qu’est-ce que vous êtes prêt à perdre avant de gagner ? »
  • « Jusqu’où êtes-vous prêt à perdre avant de renoncer ? »

Socrate disait « les gens qu’on interroge, pourvu qu’on les interroge bien, trouvent d’eux-mêmes les bonnes réponses. » Pourvu que le coach vous interroge bien, vous trouverez vous-même votre motivation à atteindre votre objectif. Et c’est le dernier levier, le septième, qui consiste à vous rendre autonome. C’est aussi la finalité du coaching, vous rendre autonome. Trouver soi-même sa propre motivation décuple les forces. Si vous souhaitez en arriver à ce stade, contactez-moi.

Photo de Tirachard Kumtanom sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s